Ciel, mon graphiste !

Pourquoi j'ai créé un podcast pour les autoentrepreneurs

vignette-hors-serie-podcast_article_creation-du-podcast

Un jeudi sur deux, je publie un nouvel épisode de “Ciel, mon graphiste !”, podcast que j’ai créé en novembre dernier. Un exercice nouveau pour moi, qui m’a aussi permis de renouer avec plaisir avec la création de contenus -réguliers- 😉 ! Ce podcast, je l’ai pensé comme une sorte de F.A.Q audio pour les auto-entrepreneurs qui apprennent à gérer eux-mêmes leur communication visuelle.

Un podcast autour de la communication visuelle des autoentrepreneurs et TPE

Pourquoi me concentrer uniquement sur les auto-entrepreneurs ?

Parce qu’être auto-entrepreneur, c’est apprendre à jongler entre plusieurs casquettes. Et donc d’acquérir de nouvelles compétences pour être un minimum autonome sur tous les aspects de son activité. Dont la communication. 

Tous les entrepreneurs reconnaissent l’importance de maîtriser sa communication et son image de marque. Sauf qu’en matière de communication justement, et particulièrement de communication visuelle, la créativité seule ne suffit pas. Il faut également prendre en compte des critères techniques, des usages à respecter, des contraintes d’exploitation à envisager… Et tout cela ne s’improvise pas. 

Il est bien normal alors, quand on doit mettre les mains à la pâte pour la première fois, que l’on soit un peu perdu. S’il faut ajouter à cela qu’il s’agit d’un projet bien à soi, qu’on veut à tout prix bien faire… alors là !

Par où démarrer ? Comment prioriser ce qu’il faut créer ? Comment s’outiller ? Combien ça coûte ? Vers qui se tourner pour déléguer ?

L’idée de ce podcast était donc de répondre aux questions que beaucoup de personnes se posaient. Surtout, de leur proposer des solutions pratiques et faciles à mettre en place pour quelqu’un qui n’a pas de compétences particulières en communication. 

Ne serait-ce que pour avoir une image professionnelle en attendant d’avoir les moyens budgétaires ou techniques pour déléguer cette partie-là.  

Des conseils utiles pour mieux tirer partie des outils gratuits

Internet regorge d’outils gratuits et de ressources facilement accessibles pour la communication, comme Canva qui est devenu incontournable. Mais ces outils ne peuvent pas tout. En tout cas, il est difficile d’en tirer le meilleur parti ou de se les approprier sans une bonne compréhension des rouages de la communication visuelle. 

Pour autant, ce podcast n’a pas l’ambition de faire de vous un graphiste. Mais plutôt de vous faire réfléchir à vos objectifs de communication et à adopter de bons réflexes pour les traduire visuellement. 

Ce que je souhaite c’est que pour chaque étape, chaque problématique que vous puissiez rencontrer, il y ait un épisode qui y réponde simplement, à votre échelle d’entrepreneur. C’est-à-dire sans aller trop loin dans des explications qui ne sont pas pertinentes pour vous, mais suffisantes pour vous permettre d’avancer dans la bonne direction.

Faire connaître le métier de graphiste pour faciliter une éventuelle collaboration

On m’a aussi demandé si je n’avais pas peur qu’en partageant des conseils pour prendre en main sa communication, cela encourage les professionnels à se passer des services d’un graphiste. Je pense que c’est tout le contraire !

D’abord, parce que quelqu’un qui ne peut ou ne veut pas faire appel à un prestataire, va s’en passer et avancer autrement. Pour autant, partager des clés de compréhension sur les rouages du graphisme, et le métier de graphiste, me semble être la meilleure manière de leur donner le choix le moment venu. 

Du coup c’est donnant-donnant : j’espère aider certains auto-entrepreneurs pour améliorer leur communication visuelle. Puis, sur du long terme j’espère aussi leur apporter des clés pour faciliter une éventuelle collaboration avec un prestataire.

Et oui, vous ne vous sentez pas plus à l’aise pour collaborer avec quelqu’un quand vous comprenez mieux ce qu’il peut vous apporter ? 😉

La perspective d'une communication responsable et raisonnée

Ce podcast, c’est aussi l’occasion de partager ma vision de la communication responsable. Un aspect de mon métier sur lequel j’ai eu du mal à mettre des mots, car c’est un cheminement et une remise en question permanente. 

Parce que communiquer pollue, c’est un fait. Sans compter les effets néfastes générés par une communication et un marketing permanent et omniprésent sur nous, en tant qu’individus, utilisateurs, consommateurs. 

Avant même de me lancer en freelance, je cherchais comment intégrer de meilleures pratiques dans mon travail. De plus, certains aspects du métier de communicant ne correspondaient pas vraiment à mes idées, mes convictions. Me mettre à mon compte a donc été une manière pour moi de me rapprocher de ces valeurs. 

Un cheminement progressif, à la fois individuel et collectif

Progressivement, j’ai commencé à inclure une dimension éco-responsable dans la production de mes livrables pour mes clients, ou dans ma façon de travailler tout simplement. J’avais aussi souhaité me concentrer sur des entrepreneurs déjà engagés, ou en tout cas sensibilisés à tous ces aspects. 

Malgré ça, je me suis retrouvée un peu frustrée…  😕

Déjà, parce que je me suis rendue compte que pour certaines personnes, la communication responsable s’arrêtait à imprimer recto verso sur du papier recyclé. Je force un peu le trait, mais c’est à peu près ça.  

Alors qu’à mon sens, adopter une communication plus responsable, c’est avant tout chercher à produire moins mais mieux. Ne pas chercher à produire pour produire, mais plutôt essentialiser ce dont on a besoin pour ne créer que de l’utile. Tout en essayant d’optimiser le cycle de vie d’un support ou d’un outil que l’on veut créer. 

Je pars tout bêtement du principe qui dit que le meilleur déchet c’est celui qu’on ne produit pas. Un principe que j’essaye de respecter dans ma vie de tous les jours, et qu’on peut totalement appliquer à la communication ! 

Partager des alternatives simples que tout le monde peut appliquer

C’est cette idée que j’aimerais véhiculer à travers ce podcast : faire connaître et partager des alternatives simples et accessibles pour réduire l’impact négatif de sa communication. Et cela passe par une réflexion à adopter en amont de la création.

Autant de questions qui interviennent avant la création d’un outil, et n’empêchent pas bien-sûr, au moment de le concevoir, de choisir des matériaux, des méthodes d’impression ou de stockage qui soient les plus pertinentes pour réduire leur impact.

Ensuite, je me suis rendue compte que je voulais toucher plus de monde. Ne pas, finalement, me concentrer sur des clients qui connaissent ces pratiques responsables. Mais plutôt, via une collaboration, faire découvrir ces alternatives à de nouveaux entrepreneurs qui pourraient se les approprier.

Car comme je le disais plus haut, cette démarche est un cheminement, une progression à faire individuellement et collectivement. 

Là encore, le but n’est pas de faire de vous de parfaits communicants écolo, ça n’existe pas !

Mais plutôt de prendre en compte ces enjeux, et chercher des pistes ensembles pour agir à notre niveau, à notre rythme, sur cet aspect de nos activités respectives. 

Car je le répète : il n’y a pas de solutions parfaites pour rendre sa communication éco-responsable de bout en bout. D’ailleurs, j’ai souvent été un peu dépitée quand, en me renseignant sur une alternative de conception ou sur un matériau qui semblait plus responsable, je me rendais compte qu’elle comportait malgré tout d’autres impacts négatifs.

Un impact négatif peut être limité, parfois seulement déplacé. De la même façon, une alternative responsable n'est pas toujours évidente à mettre en place, et ne peut pas être appliquée de manière systématique.

C’est pour ça que je donne une importance particulière à la réflexion autour de nos usages, nos habitudes en matière de communication. Car sur ce point, on peut tous agir directement et immédiatement. De la même façon que l’on fait évoluer certaines habitudes de consommation chez nous 😉.  

L’évolution du podcast “Ciel, mon graphiste !”

J’aimerais, sur le long terme, pouvoir faire intervenir des auto-entrepreneurs dans les épisodes. Que ce soit pour parler de leurs problématiques, la perception de leur communication, son évolution depuis le lancement… 

J’y pense beaucoup mais je pense que ça se fera quand j’aurai un peu plus de recul et que la production des épisodes sera devenu bien plus routinière. Car c’est un exercice tout nouveau pour moi… 🙂 

Donnez-moi votre avis sur le podcast, faites-moi savoir si les sujets évoqués vous aident à avancer, ou si vous aimeriez que j’aborde un sujet particulier !

Et puis bien-sûr, si le podcast vous plaît, n’hésitez pas à vous abonner ou lui donner des étoiles, le partager autour de vous. C’est vraiment la meilleure façon de me soutenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.